Le syndrome des anti-phospholipides

Le syndrome des anti-phospholipides

Le syndrome des anti-phospholipides, connu également par SAPL est une maladie auto immune. Classé parmi les maladies rares, le SAPL est caractérisé pa...

Ronflements : causes et traitements du phénomène nocturne
Les conseils des herboristes thérapeutes pour combattre les différentes infections
Le syndrome de fatigue chronique

Le syndrome des anti-phospholipides, connu également par SAPL est une maladie auto immune. Classé parmi les maladies rares, le SAPL est caractérisé par la formation de caillots de sang dans les vaisseaux sanguin du malade. Ce syndrome se caractérise également par des complications durant la grossesse.

A quoi le SAPL est-il dû ?

Les causes du syndrome des anti-phospholipides sont diverses, toutefois, les scientifiques n’ont pas encore pu définir le mécanisme exact de sa survenue. Les femmes sont les plus atteintes de ce syndrome. La prévalence du SAPL est de 0,5% de la population mondiale générale. Cette maladie est due à la production d’anticorps dans l’organisme qui s’attaque anormalement contre l’organisme lui-même. En d’autres termes, ceci signifie que les anticorps ne s’attaquent pas seulement aux éléments extérieurs nocifs à l’organisme, ils s’attaquent aussi aux constituants normaux de l’organisme de la personne atteinte du syndrome. Dans le cas des anti-phospholipides, les anticorps s’attaquent aux phospholipides des membranes de nos cellules. Cette interaction va provoquer par la suite un mécanisme anormal de coagulation et entraîner l’apparition des caillots dans les veines et les artères du malade. En cas de grossesse, ce syndrome peut provoquer des fausses couches à répétition.

Le traitement

Les patients atteints du syndrome des anti-phospholipides sont généralement sous anticoagulants tel que les antivitamines K ou l’héparine. Pendant la grossesse, le traitement du SAPL se base sur l’aspirine à faible dose (100mg). Il est également possible de se faire injecter de l’héparine par voie sous cutanée. Pour les manifestations graves du syndrome, le traitement par cortisone ou les perfusions d’immunoglobines intraveineuses est nécessaire. Il est également nécessaire d’arrêter de fumer, de limiter les risques de surpoids pour éviter l’aggravation de la maladie. La pratique du sport est aussi recommandée pour traiter cette maladie. Dans certains cas, les patients nécessitent le suivi d’un psy pour faire face à toutes les formes de complication du SAPL comme le cas des fausses couches à répétition par exemple.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0